Quand projet scolaire et hockey féminin ne font qu'un

 

Le projet scolaire d’une gardienne de but M18  et le hockey féminin n’ont fait qu’un, le 23 avril dernier, au Centre Michel-Brière de Malartic, alors qu’était présentée la première Classique féminin M9 et M11 des Lynx de l’Abitibi-Témiscamingue.

S’inspirant en partie du modèle déjà mis en place par Hockey Québec depuis 7 ans chez les garçons M11, Maxim Leblanc, gardienne de but des Lynx M18 AA de l’Abitibi-Témiscamingue, était l’organisatrice de cette belle activité de visibilité pour le hockey féminin en région. La Valdorienne de 17 ans organisait le tout dans le cadre d’un projet pédagogique à la Polyvalente Le Carrefour où elle est finissante cette année.

«Mon but premier en organisant cette classique était de démontrer que le hockey, c’est aussi pour les filles et que l’Abitibi-Témiscamingue a beaucoup de jeunes filles passionnées par leur sport et talentueuses. Chacune d’entre elles ont été excellentes!», a rappelé Maxim Leblanc, pas peu fière du déroulement de son activité.

Le tournoi a réuni quatre équipes de jeunes demoiselles des divisions M9 et M11 pour une compétition où le format utilisé était le 3 contre 3 sur format réduit de patinoire. L’équipe de la Finlande est sortie gagnante du challenge amical. Pour les jeunes participantes, cette journée a aussi comporté une séance d’entraînement avec les joueuses des Lynx M18 AA. 

«Les Lynx, ça demeure pour moi une deuxième famille, celle avec laquelle je vis ma passion pour le hockey. J’ai joué longtemps avec certaines joueuses des Lynx qui sont devenues mes meilleures amies et qui vont poursuivre leur parcours à un plus haut niveau. Même si nos chemins se sépareront, nous formerons une famille pour toujours. C’est ce que nous avons voulu transmettre, moi et mes coéquipières venues m’aider à entraîner nos jeunes participantes: leur transmettre les valeurs des Lynx. En matinée, les jeunes filles étaient plus gênées. Mais en fin de journée, on a vu des petites filles heureuses qui avaient commencé à souder des liens. On voulait donner à ces talentueuses jeunes hockeyeuses la motivation nécessaire pour continuer à évoluer au hockey», a rappelé l’organisatrice.

L’équipe M15 AAA des Intrépides de l’Outaouais, qui détient les droits sur toutes les joueuses de la région voulant évoluer dans ce calibre (le plus haut en province), ont aussi fait le voyage à Malartic pour prendre part à un match amical et promotionnel face aux Lynx M15 AA de l’Abitibi-Témiscamingue, équipe qui devait prendre part aux derniers Jeux du Québec de Rivière-du-Loup avant l’annulation de ceux-ci.

Un succès malgré les embûches

Bref, une bien belle vitrine pour le hockey féminin régional qui laisse miroiter de biens belles choses à ces jeunes hockeyeuses pour les prochaines années. Seule ombre au tableau dans une fin de saison où plusieurs événements se côtoyaient, l’activité se déroulait au même moment que les Championnats interrégionaux en Outaouais (avec quelques jeunes filles réparties dans les formation M11 A, B et C qui représentaient l’Abitibi-Témiscamingue) et un tournoi privé printanier à Amos.

«Au départ, la classique devait avoir lieu au début du mois de janvier. En raison dès directives sanitaires, j’ai dû repousser l’évènement. J’avais alors recueilli 36 inscriptions, ce qui m’a alors permis de voir que l’intérêt était grand. J’ai décidé de maintenir l’évènement cette saison, même si certaines ont dû annuler à cause des championnats interrégionaux ou d’un autre engagement avec leur équipe. Mais je trouvais quand même ça le fun de pouvoir terminer cette saison un peu particulière avec cette activité», ajoute-t-elle.

Un transfert qu’elle ne regrette pas

Au Québec, le dernier rapport du comité gouvernemental sur le hockey piloté par Marc Denis a rappelé qu’on rêve du jour où le hockey féminin aura une telle ampleur que les jeunes hockeyeuses n’auront plus à intégrer une équipe masculine en bas âge par nécessité pour pouvoir pratiquer leur sport. À titre comparatif, l’Ontario compte près de 52 000 joueuses (contre moins de 7000 au Québec) et compte sa propre fédération, l’Ontario women’s hockey association (OWHA) en marge des trois traditionnelles fédérations qui régissent le hockey mineur dans cette province. Maxim Leblanc ne regrettera jamais un seul instant son transfert vers le hockey féminin.

«Jusqu’au bantam (M15), j’ai évolué dans le hockey masculin, tout comme la majorité de ces jeunes filles. Bien que j’ai adoré toutes ces années, j’apprécie maintenant de jouer avec les filles, car j’ai découvert un autre monde. Je trouvais donc important que ces jeunes filles puissent voir qu’entre elles, il est possible de développer de beaux liens malgré les rivalités de la saison régulière. Il y a maintenant des équipes formées pour la coupe Dodge féminine à divers niveaux et les Lynx en Abitibi-Témiscamingue forment maintenant une belle famille. Et à l’étape midget (M18), il y une structure très intéressante en région pour terminer leur parcours. Il était donc là mon objectif, souder toutes ces belles et talentueuses jeunes filles et leur donner la motivation nécessaire pour continuer à évoluer au hockey», raconte-t-elle.

Pour le mot de la fin, Maxim Leblanc a rendu hommage à ses coéquipières et amies, sans qui l’organisation de cette journée n’aurait pu être possible.

«J’ai eu un très bon support de mes coéquipières et on a réalisé toutes ensemble qu’on aimait transmettre notre passion aux plus jeunes. Nous avons eu beaucoup de plaisir à être derrière le banc, mais aussi à les accompagner toute la journée», conclut-elle.

-30-

Source: Hockey Abitibi-Témiscamingue
 
 
Maxim Leblanc (3e à partir de la gauche) et son équipe d'entraîneures à la Classique, composée de Nelly Leclerc, Marie-William Brière, Laurence Landry, Amy St-Martin et Naika Smith.
 
La Finlande a remporté le petit tournoi amical de la Classique de hockey féminin des Lynx.
 
L'équipe des États-Unis.
 
L'équipe du Canada
 
L'équipe de la Suisse
 
Une séance d'entraînement a été dirigée par les joueuses des Lynx M18 AA de l'Abitibi-Témiscamingue.
 
Une séquence du match amical M15 AAA entre les Intrépides de l'Outaouais et les Lynx de l'Abitibi-Témiscamingue.
 
Le comité organisateur avait déployé tous les efforts pour offrir un accueil personnalisé à chaque joueuse.
 

Partenaires

Dynastie Hyundai
Gaillards Hécla-Québec
Loisir et Sport Abitibi-Témiscamingue
James Bay minor hockey league
Hyundai Amos
Huskies de Rouyn-Noranda
Citadelles
Forestiers d'Amos
Poirier Hyundai
Fonds de l'athlète de l'A-T
Cits midget espoir
Académie des Forestiers
EISRA
Ce que tu vis dans ton sport est important
Ligue Abitibi
Ligue Intercité

Social

Météo

Weather Icon

Endroit

Température
( à )

Nos prochaines activités

Partenaires

Citadelles
Forestiers d'Amos
Cits midget espoir
Hyundai Amos
Académie des Forestiers
Dynastie Hyundai
Poirier Hyundai
Gaillards Hécla-Québec
James Bay minor hockey league
Huskies de Rouyn-Noranda
Loisir et Sport Abitibi-Témiscamingue
Fonds de l'athlète de l'A-T
EISRA